Tous les articles de 99%Média

Plus de 130 créateurs du milieu du cinéma et de la télévision du Québec et du Canada solidaires de Will Prosper

Il est extrêmement troublant de constater le déferlement médiatique qu’a subi Will Prosper, membre éminent de la communauté noire et ce, quelques jours après l’annonce de sa candidature à la mairie de Montréal Nord.  Rappelons le parcours de Will, documentariste montréalais primé, membre très respecté de la communauté cinématographique canadienne et l’un des documentaristes noirs les plus prolifiques au Québec. Acclamé par la critique dans tout le Canada et à l’étranger, son travail met en lumière les récits et expériences des communautés noires et racisées de Montréal-Nord. Militant à l’écran comme sur le terrain, souvenons-nous de son engagement dans la lutte contre les inégalités sociales et les violences policières avec la création du mouvement citoyen Montréal-Nord Republik lancé après l’affaire de Fredy Villanueva; suivi de la fondation du forum social Hoodstock, espace de libération de la parole des habitants du quartier. Notons aussi sa présence au cours de la pandémie COVID 19, où Montréal-Nord a été l’une des zones les  plus durement touchées du pays. Will Prosper a brillé par son dévouement, aidant aux fonctionnements des services de base, lorsque de nombreux travailleurs en première ligne, majoritairement racisés, ont dû se mettre en danger dans des conditions sanitaires déplorables. Pour ... >>>

1 septembre 2021

Des organisations qui œuvrent auprès de populations à risque critiquent le couvre-feu.

Le Collectif Soignons la justice sociale, Native Women’s Shelter, Solidarité Sans frontières, la Coalition pour le définancement de la police, le Racial Justice Collective, Meals for Milton Parc, le Centre des travailleurs et travailleuses immigrant.e.s, le POPIR-Comité logement, l’organisme Resilience Montréal, L’R des centres de femmes, le groupe de Travailleuses et travailleurs progressistes de l’éducation (TTPE),l’organisme REZO, Me Arij Riahi, avocate, et le Projet d’Intervention auprès des mineurEs prostituéEs dénoncent l’imposition d’un couvre-feu qui affecte plus sévèrement les populations vulnérabilisées et marginalisées. Ces organisations qui œuvrent auprès de populations considérées « à risque » sont conscientes de l’ampleur de la crise, qu’elles côtoient tous les jours, et savent qu’il est urgent d’agir. Elles critiquent toutefois le recours à des mesures répressives pour lutter contre la pandémie et revendiquent plutôt que des mesures solidaires soient mises en place afin de protéger les communautés les plus touchées. Des refuges sur le bord de craquer La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault s’est voulue rassurante lorsqu’elle a affirmé que les policiers feraient preuve de tolérance » lors de leurs interventions auprès de la population itinérante. Difficile pourtant de faire confiance au corps policier montréalais qui a déjà été critiqué pour la judiciarisation excessive ... >>>

12 janvier 2021

Le leadership des jeunes dans la construction d’une nouvelle normalité en cette nouvelle année

Le projet Amplify Youth Voices lance #HappyYouthYear, une semaine de mobilisation et d’actions sur l’activisme jeunesse. Du 11 au 15 janvier 2021, des produits multimédia seront mis en ligne sous la forme d’une campagne en trois volets. Cette semaine d’action marque la fin du projet Amplify et le début d’une nouvelle année où nous espérons que les jeunes soient au centre de l’action et au cœur des décisions à venir. Déjà confrontés au chômage et aux inégalités, les jeunes sont touchés de plein fouet par la pandémie mondiale de la COVID-19. Toutefois, en ces temps incertains, les jeunes du monde entier peuvent jouer un rôle crucial dans le façonnement d’une société plus juste, inclusive et écologique. Malgré les restrictions gouvernementales et la distanciation sociale imposées à travers le monde, les jeunes ne renoncent pas aux causes qui les animent: ils font entendre leur voix afin d’apporter des changements systémiques et des solutions aux changements climatiques, aux inégalités entre les genres et à l’extrémisme violent. Commençons la nouvelle année sur une note positive et proactive : #HappyYouthYear ! QUOI et QUAND?Nous invitons les gens à travers le monde à : REGARDER le pouvoir des actions menées par les jeunes dans la ... >>>

12 janvier 2021

Pour le Réseau express vélo

Depuis quelques semaines, les critiques contre le projet Réseau express vélo sur la rue St-Denis à Montréal ont largement été relayées par les médias. Des citoyens désirent offrir leur point de vue à l’égard ce projet qu’ils estiment essentiel tant pour revitaliser la célèbre artère que pour améliorer l’efficacité et la sécurité des modes de transport alternatifs à l’automobile. La rue Saint-Denis se meurt depuis 10-15 ans. La construction du R.E.V. n’y est pour rien. Les ventes en ligne, les DIX30 de ce monde, mais surtout la spéculation immobilière en sont responsables. Le R.E.V. c’est l’occasion de «réinventer» Saint-Denis, pour reprendre une expression à la mode. En faire une destination agréable à fréquenter. Pas une autoroute entre Laval et le centre-ville qu’on veut traverser le plus rapidement possible, avec les risques que ça comporte pour les citoyens. Le R.E.V. c’est permettre des déplacements sécuritaires pour tout le monde. C’est éviter de mourir emportiéré comme Bernard Carignan il y a 5 ans ces jours-ci ou aspirée sous un poids lourd dans le viaduc Rosemont, comme Mathilde Blais l’année précédente. Avec ses deux voies de large dans la même direction, les personnes moins rapides, dont les enfants, sont plus en sécurité, plus ... >>>

30 août 2020

Lettre d’une intervenante qui va en guerre

Mes ami.e.s, je pars. Je vais rejoindre l’effort de guerre contre la COVID-19, cette ennemie invisible qui révèle à nos yeux nos paradoxes sociétaux. J’ai envoyé ma candidature il y a un moment déjà, un changement de direction pour moi qui ne pensait jamais travailler dans le Réseau. En guerre, le Réseau ne vérifie pas les C.V., on cherche surtout des corps pour compter nos morts, alors j’ai bien vite été rappelée. Du haut de mon appartement au 3e étage, j’ai regardé la file s’allonger sous la pluie aujourd’hui. À 2m de distance pour aller chercher un des rares paniers pour assurer sa subsistance. Après plus d’un mois de confinement, les appétits se creusent au même rythme que les cernes sous les yeux du personnel soignant. Dans ce dernier mois où j’ai eu la chance d’éviter la contamination et de ne sortir que pour de rares nécessités ou pour profiter du soleil, je n’ai manqué de rien. Ce n’est pas l’obligation qui me fait sortir, en fait, j’ai eu la chance de me trouver suffisamment de travail à distance pour subsister à mes besoins. Je sais toutefois que ma bonne fortune ne tient qu’à un fil et qu’il s’en faut ... >>>

11 avril 2020

Je suis dans une colère douloureuse

Je suis dans une colère douloureuse, douloureuse et accablante parce qu’informe, tordue, cherchant ses prises. Cette colère est politique. Je la reconnais, je la sens sourdre chez d’autres, au détour de nos échanges contraints, amis, proches, confinés à distance. Mais, tels que nous sommes actuellement, saisis entre police et médecins, entre révolution et captivité, coincés par la peur de rendre malade (parfois mortellement) et celle de l’être peut-être, il est difficile de raccrocher notre colère à une force politique qui pourrait opérer, apparaitre, faire advenir à elle d’autres voix. Je trouve dégueulasses nos gouvernants, leur messe quotidienne. Je n’en peux plus. Je trouve insupportable ces bons pères de famille qui calculent leur capital sur le dos de ce qui serait notre soumission. Je trouve ça révoltant qu’ils se donnent les airs de gouverner les vies pour notre bien quand c’est NOUS qui leur sauvons la peau! C’est notre respect du confinement et la courbe aplatie, ratatinée de nos vies, qui permettent d’éviter la catastrophe, de limiter un peu la propagation et faire qu’on ne pellette pas les morts dans des fosses communes (pas vraiment encore). Cette catastrophe, on pédale fort pour l’éviter, humains de n’importe quel âge et animaux de ... >>>

11 avril 2020

Une pétition pour un Jour d’Après écologique, féministe et social

15 associations et syndicats lancent une pétition pour un Jour d’Après écologique, féministe et social. À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après » du vendredi 27 mars, quinze organisations lancent aujourd’hui une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques. Cette pétition appelle les citoyen·ne·s, qui partagent le constat dressé d’urgence sociale et écologique et en ont assez des discours creux, à se mobiliser pour que le « Jour d’Après » soit construit ensemble, en rupture avec les politiques menées jusque-là. Les solutions existent, agissons ! Ces organisations appellent les citoyen·ne·s et l’ensemble de la société à faire entendre leurs voix pour « reconstruire ensemble un futur écologique, démocratique, féministe et social, en rupture avec les politiques menées jusque-là et le désordre néolibéral. » Alors que des actions urgentes s’imposent face à la crise sanitaire et que des décisions structurantes pour l’avenir sont en cours de discussion, il est primordial d’unir nos voix et d’axer le débat sur des mesures qui sont cruciales pour ne pas reproduire les erreurs du passé. Par cette pétition, les citoyen·ne·s ont l’occasion d’exprimer leur soutien en faveur de quatre mesures urgentes, ... >>>

8 avril 2020

Alain Denault : « Il faut repenser l’économie »

Une heure cinq minutes d’entretien avec Alain Denault, qui présente le troisième épisode de son feuilleton philosophique (qui en comptera 6). Après l’économie de la nature et de la foi, il s’attaque ici à l’économie de l’art avant d’aborder la psychanalyse, les mathématiques puis la politique. Son projet de fond explicité ici en exergue à Denis Robert est de « Reprendre l ‘économie aux économistes ». Un entretien réalisé avec Le ... >>>

7 avril 2020

Société de contrôle

Notre couverture en continu de l’actualité avec les mesures portant atteintes aux libertés fondamentales en période de confinement et des dérives ... >>>

1 avril 2020

Une décennie de mouvements sociaux en 10 films

2010 Le sommet de Toronto Par les Alter Citoyens1105 personnes furent arrêtées par la police dont plusieurs étaient originaires du Québec. Il s’agissait, à l’époque, «de la plus importante rafle policière dans l’histoire du Canada». Plusieurs organisations, dont Amnesty international, dénoncèrent les conditions dans lesquelles furent détenues ces personnes. 2011 Occupons Montréal – Les archives du camp99%Média Les « Indignés » de Montréal ont occupé le Square Victoria, rebaptisé « Place du Peuple » ou « Place des peuples », en y campant du 15 octobre 2011 au 25 novembre 2011. Retour en image sur le volet montréalais du mouvement Occupy, qui a inspiré une nouvelle génération d’activistes. 2012 Dérives – 99%MédiaComment résumer 2012 avec un seul film ? Produit en février 2013, ce long métrage revient sur la répression policière de 2012, mais dénonce aussi les dérives médiatiques et institutionnelles pendant le plus important mouvement de contestation sociale que le Québec ait connu à ce jour. 2013 Sécurité publique ou contrôle politique?99%Média Durant un an, entre 2012 et 2013, 99%Média a suivi un groupe de citoyen.ne.s dans la ville de St-Bruno de Montarville. Des citoyen.ne.s de cette ville se battaient contre un maire soupçonné de corruption, Claude Benjamin, qui ... >>>

30 décembre 2019

Extinction Rebellion n’est pas près de disparaître.

Extinction Rebellion Québec a célébré le premier anniversaire du sixième rapport du GIEC à Montréal. Une fête publique ouverte à tous a été organisée pour célébrer les avancées de la mobilisation citoyenne faite au cours de la dernière année. En même temps, des gens ont choisi d’occuper l’intersection des boulevards René-Lévesque et Robert-Bourassa jusqu’à leur arrestation. L’objectif étant de pousser les gouvernements à dire la vérité sur la crise écologique et à prendre des décisions qui sont cohérentes avec les données scientifiques en ce qui concerne l’urgence climatique. « Quand nous voyons les inondations printanières toujours plus intenses ou l’érosion des sols en Gaspésie et à Tuktoyaktuk, ça devient évident, c’est plus que des chiffres sortis d’un rapport. Nous vivons déjà le bouleversement climatique, » explique Elza Kephart, une rebelle d’Extinction Rebellion Québec. « En occupant la rue, nous agissons de manière cohérente avec les faits. Nous le faisons pour notre conscience. Nous ne pouvons pas collaborer avec un gouvernement qui condamne nos enfants à vivre dans un monde ravagé par le bouleversement climatique », ajoute-t-elle. Ils sont appuyés par d’autres citoyens venus célébrer et les encourager. « Les données sont sans équivoque, seules des actions collectives de masse peuvent sauver les milliers de millions ... >>>

9 octobre 2019

RECRUE: une fiction politique sur l’extrême-droite au Québec

Sélectionné en compétition à l’édition 2019 du Festival du Nouveau Cinéma, RECRUE est le dernier court métrage de Pier-Philippe Chevigny produit par Unité Centrale. Court-métrage inspiré de «La Meute», RECRUE aura sa première québécoise au Festival du Nouveau Cinéma. S’il ne s’était pas enfoncé si loin en jouant dans la forêt, Alex, 6 ans, n’aurait sans doute gardé qu’un souvenir flou des mystérieuses patrouilles que menait le groupuscule réactionnaire de son père. Ce matin-là, tout est devenu clair. Le film porte sur la montée de l’extrême droite au Québec. Depuis les cinq dernières années, des groupuscules tels que La Meute, Soldiers of Odin et Storm Alliance ont connu une exposition médiatique sans cesse croissante, leur permettant d’obtenir un capital de sympathie marginal, mais non négligeable au sein de la population québécoise. Les manifestations de La Meute ont attiré plusieurs centaines de personnes à Québec et Montréal. Les sympathisants de Storm Alliance ont quant à eux occupé le chemin Roxham, la route de campagne empruntée par des milliers de migrants irréguliers en quête de refuge. Three Percent, une milice ayant le permis de port d’arme comme prérequis à l’adhésion de ses membres, s’entraînerait au tir sur une base hebdomadaire, tandis que ... >>>

8 octobre 2019

Une mère monoparentale Rom et sa fille qui résident à Montréal depuis 10 ans font face à une déportation.

Monika et « Alexa »* qui habitent à Montréal depuis 10 ans, s’exposent maintenant à une déportation le 27 mars vers la Hongrie, où elles font face à un racisme anti-Rom quotidien, alimenté par les mouvements néo-Nazi. << L’ensemble de ma famille a quitté la Hongrie en raison du contexte, qui est tout simplement désastreux pour les personnes Roms. Je n’ai plus personne là-bas et j’ai peur d’y retourner. Je veux protéger mon enfant du racisme anti-Rom. Je demande à rester ici, qui est ma maison depuis 10 ans, au moins le temps que ma demande de résidence permanente pour motifs humanitaires soit traitée et au moins pour que ma fille puisse terminer l’année scolaire en cours >>, s’exprime Monika.   << Le Canada ne prend toujours pas au sérieux la discrimination envers les personnes Roms. Le racisme anti-Rom est encore très fort en Europe de l’Est, d’autant plus que la menace des groupes d’extrême droite et des néo-nazis est toujours bien présente>>,  s’exprime Philippe T.Desmarais, un membre du comité soutien pour la famille, en expliquant qu’une vigile devant le musée de l’holocauste est prévue pour lundi prochain, soit 2 jours avant la date de déportation. Il y a 10 ans, Monika, ... >>>

22 mars 2019

Confrontée à l’inaction de l’État mexicain

Bande-annonce du film Retratos de una Búsqueda / Portraits of a Search, mettant en scène Margarita López Pérez Le Mexique est une grande fosse clandestine ». C’est dans ces paroles que s’est exprimée Margarita López Pérez le 4 mars 2019, alors qu’elle est de passage à Montréal cette semaine dans le cadre des activités de la journée internationale des droits des femmes.  Cette femme mexicaine lutte pour les droits des familles de personnes disparues et est membre du réseau Buscando Cuerpos. Sa jeune fille, Yahaira Guadalupe Bahena López, est disparue le 13 avril 2011 et a été assassinée alors qu’elle n’était âgée que de 19 ans. C’est suite à de nombreuses grèves de la faim, de recherches par ses propres moyens et à l’intervention d’expert-e-s venu-e-s de l’étranger, qu’elle a  finalement retrouvé le corps sans vie de sa fille, près de deux ans plus tard. Malgré tout, elle continue d’appuyer d’autres mères, d’autres femmes qui cherchent elles aussi leurs proches. Dans son travail de recherche de corps de personnes disparues, Mme Lopez a rencontré de nombreuses fosses communes et découvert des réseaux de traite sexuelle. Elle s’est confrontée à l’inaction de l’État mexicain à tous les niveaux de pouvoir, ainsi qu’à la ... >>>

9 mars 2019

Un G7 entre peur et intimidation

La Ligue des droits et libertés et Amnistie internationale Canada concluent aujourd’hui une mission d’observation indépendante sur le respect des libertés civiles dans le cadre du G7. Si les organisations notent l’absence de scénarios désastreux, un imposant déploiement des forces policières, autant avant que pendant le G7, et autant à La Malbaie qu’à Québec, aura contribué à créer un véritable climat de peur pour quiconque souhaitait s’exprimer librement et pacifiquement dans le cadre du Sommet.  « Est-ce qu’un climat de peur et d’intimidation qui a pour effet de brimer la liberté d’expression doit être considéré comme une ‘’opération de sécurité publique réussie’’ ? » se questionne Geneviève Paul, directrice générale d’Amnistie internationale. Pendant trois jours, plus de 40 observatrices et observateurs, ayant une expertise solide et variée, ont été déployés dans les régions de Québec, la Malbaie et du Saguenay. Les deux organisations remercient chaleureusement toute l’équipe de la mission pour son professionnalisme et sa disponibilité.  Les organisations notent par ailleurs l’accueil favorable de la population ainsi que les nombreux remerciements exprimés par des manifestant-e-s qui ont dit trouver la présence de la mission sur les lieux rassurante.  Un écho similaire a été noté du côté des personnes détenues, avec qui la ... >>>

10 juin 2018

«Another News Story» co-présenté en première montréalaise par 99%Média

Cinema Politica Concordia, le Centre d’appui aux communautés immigrantes – CACI, Action réfugiés Montréal et 99%Média co-présentent la première montréalaise de Another News Story, un regard prenant sur les trajectoires périleuses des réfugié.e.s vers et à travers l’Europe et les pratiques des journalistes internationaux qui les suivent. Cet évènement sera suivi d’un panel de discussion sur la représentation médiatique de la crise des réfugié.e.s en Europe avec les activistes Houda Asal et Dalila Awada. Ce premier long-métrage d’Orban Wallace porte sur la crise des réfugié.e.s en Europe, mais le jeune réalisateur anglais porte son regard dans une direction différente du reste du milieu documentaire qui documentent ces événements récents. Il tourne plutôt son regard vers les journalistes envoyé.e.s par leurs employeurs vers la Méditerrannée pour couvrir la tragédie humanitaire en train de se dérouler. En juxtaposant les histoires de journalistes à celles d’immigré.e.s du Moyen-Orient, il crée une nouvelle meta-réflexion sur le contenu médiatique. Face à une souffrance incommensurable, est-il possible de maintenir une sensibilité humaine, ou, blasé.e.s, repartons-nous à la recherche d’une nouvelle actualité? le 19 mars 2018 à 19:00 Cinema Politica Concordia 1455 Boulevard de Maisonneuve O, Montréal H3G 1M8 Plus d’informations: ... >>>

7 mars 2018

Lancement de la campagne «Manifester sans peur»

  Manifester sans peur appelle à relancer le débat public sur la question des armes dites « intermédiaires » ou « à létalité réduite » utilisées par la police lors de manifestations. Un reportage récent de l’émission Enquête de Radio-Canada «a mis en lumière des comportements policiers analogues lors de deux autres événements» souligne le collectif dans un communiqué. Dans le cadre des manifestations entourant le Sommet des Amériques en 2001, Mathieu Harvey a été blessé gravement par un projectile de plastique tiré par la GRC. L’équipe d’Enquête révèle également «qu’une dizaine de balles de plastiques [ont été] tirées par un agent de la Sûreté du Québec sans autorisation préalable lors de la manifestation du 4 mai 2012 à Victoriaville». Le lancement du collectif fait également suite au jugement Grenier où le juge y souligne «que tous les policiers dans cette affaire ont nié ou minimisé le risque de blessures graves et de mort associé à l’utilisation des RBBG, pourtant indiqué dans la fiche technique du fabricant.» L’un d’entre eux est Philippe Pichet, actuellement chef du SPVM et responsable de l’opération du 7 mars 2012 où Francis Grenier a été gravement blessé. Les balles de plastique tuent une victime sur 37 selon une ... >>>

6 février 2018

1 2 3 6