Analyse en vidéos et en images de la manifestation du 2 avril 2015 à Montréal

Par Samer Beyhum, traduction par Manon Levesque

La manifestation du 2 Avril 2015 a été paisible pour la majorité de sa durée, jusqu’à la fin lorsqu’il y a eu altercation entre les manifestants et la police.

Ce qui suit est une analyse de vidéos et d’images de ce qui s’est passé au moment de cette altercation.

Cette analyse est basée sur une vidéo multi-angle publiée par GAPPA du moment en question. L’analyse est composée de deux sections de la vidéo; l’altercation qui a eu lieu coin Maisonneuve / Beaudry ainsi que la vidéo d’une seconde altercation qui a eu lieu quelques minutes plus tard coin Maisonneuve / Berri.

Voici la vidéo de GAPPA intégrale et non-modifiée sauf pour l’ajout de l’élément time-code pour la référence de temps.

Voilà une scène assez chaotique qui mérite d’être regardée image par image afin de comprendre ce qui est vraiment arrivé.

Altercation coin Maisonneuve / Beaudry
Tout d’abord, il est évident que les manifestants n’ont rien jeté aux policiers et il est aussi important de noter que les manifestants ne menacent pas la sécurité des agents de police en aucune façon. À ce moment, on remarque surtout que les manifestants semblent essayer de passer pas à pas, à travers la ligne de policiers et ce sans recourir à la violence. Nous pouvons néanmoins voir dans ce prochain vidéo ralenti qu’à un certain moment, il y aurait eu une décision collective prise par le SPVM d’utiliser la force non-létale pour repousser les manifestants qui avançaient. Notez l’officier Alain Bourdages qui donne l’ordre de commencer l’assaut au marqueur de temps 00:00:08:16.

Les officiers portant bouclier avancent vers l’avant et la poussée des manifestants vers l’arrière commence. Le gaz irritant a été utilisé par pas moins de quatre officiers. S’il vous plaît ne pas oublier que cet assaut n’avait pas été provoqué par les manifestants.

Le premier agent à utiliser le gaz irritant est le même officier qui a donné la commande d’assaut (Alain Bourdages).

Entre deux agents vaporisant des gaz irritants, un autre officier à bicyclette avance vers les manifestants et utilise la roue de sa bicyclette afin de les repousser, la roue avant de cette bicyclette étant à hauteur de la tête des manifestants. La question à se poser ici est : pourquoi était-il nécessaire de procéder à cette dangereuse attaque à la bicyclette, la brandissant ainsi à la tête des manifestants?

Policier au gaz irritant #2

Policier au gaz irritant #3

Policier au gaz irritant #4

Il est regrettable qu’étant donné la qualité des vidéos que nous avons à notre disposition pour cette analyse, nous sommes incapables de vérifier les numéros d’identification d’aucun de ces officiers.

Voici quelques-uns des résultats de l’attaque au gaz irritant sur certains des manifestants.

crédit photo Denim' Photography

crédit photo Denim’ Photography

crédit photo Denim' Photography

crédit photo Denim’ Photography

crédit photo Denim' Photography

crédit photo Denim’ Photography

Au même endroit, mais à côté du coeur de l’action, l’agent du SPVM 2932 pousse violemment en arrière des personnes brandissant des caméras. À ce stade, nous devons souligner qu’une personne avec une telle caméra peut très facilement être un membre des médias et que certains policiers du SPVM n’apprécient pas être filmés, même si selon la loi, ils n’ont pas le choix en la matière puisque ceux-ci sont des agents publics qui travaillent dans un environnement public lors d’un événement digne d’être aux actualités. Plusieurs des journalistes de 99%Média ont déjà été spécifiquement signalés et ciblés par des agents du SPVM. Ceci est un acte illégal de la part du policier du SPVM 2932, de même qu’il n’avait aucun droit de pousser violemment ainsi ces gens (qui pour quelconque raison) utilisaient une caméra. Il n’y a aucune justification pour son comportement indigne.

 

À la marque de temps 00:02:22:18, au coin Maisonneuve / Berri le cordon de police qui empêche les manifestants d’avancer se retire soudainement. Les manifestants, qui avaient auparavant été repoussés sans ménagement, et aspergés de gaz irritants sans aucune raison visible, sont évidemment en colère et certains d’entre eux jettent leurs bouteilles d’eau en plastique et au moins un bâton.

Voici quelques-uns des «projectiles» vus à partir d’un angle différent.

À la marque de temps 00:02:40:03, au coin de Maisonneuve / Berri, alors que la police semble se retirer, deux incidents discutables se produisent. Ces deux incidents, qui se sont produit simultanément autour de la marque de temps 00:02:41:09, peuvent indiquer la mesure disproportionnée de la force qui a été utilisée contre des manifestants sans aucune provocation ou raison claire. Le premier incident est lorsque quelqu’un, encore une fois avec une caméra, est frappé au visage par le bouclier de policier du SPVM 5137 alors qu’il ne faisait aucune provocation claire.

Presque exactement à la même marque de temps, 00:02:41:12 ; un manifestant portant un masque, mais qui se tient là sans faire de mouvement significatif ou menaçant, se fait tirer dessus par un autre policier du SPVM (dont l’identité ne peut être vérifiée dans la vidéo) par une sorte de pistolet qui tire un projectile ou un gaz non-létal. Le manifestant a été ciblé à une très courte distance.

Voici le même incident sous un angle différent.

Quelque temps après, quand les choses s’étaient prétendument calmées et que les manifestants essayaient de parler avec les policiers du SPVM, le policier du SPVM 5507, sans aucune provocation apparente, commence à faire pleuvoir les coups sur les manifestants et les repousse en arrière. Il est secondé par un autre officier qui immédiatement commence à vaporiser tout le monde au gaz irritant.

Voici l’incident à vitesse normale:

Voici l’incident à vitesse ralentie:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.