La violence de l’État en plein visage
27 mars 2015

Depuis quelques jours, une violence inouïe s’est emparée des rues de Québec et de Montréal qui se sont transformées en véritables champs de bataille à chaque fois qu’elles deviennent le théâtre de l’expression citoyenne. Les forces de l’ordre s’en donnent à coeur joie contre une jeunesse qui exprime son dégoût face à des mesures draconiennes d’austérité.

Quoi qu’en disent les médias, leur discours est clair et cohérent : les politiques néo-libérales sont vouées à l’échec et il est maintenant temps de s’attarder à la santé de la planète et de réformer le système financier. Un autre monde est possible.

11068395_929226927109245_5221830784697794656_nPour toute réponse, la jeunesse d’aujourd’hui, post-printemps érable, reçoit en plein visage le mépris d’une élite qui travaille pour ses propres intérêts et qui encourage délibérément la répression en espérant aveuglément taire ainsi la critique.

Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’actes barbares qui font désormais du Québec l’un des endroits en Occident où l’on bafoue allègrement en toute impunité les droits fondamentaux dans la violence au nom de la «sécurité», blessant gravement au passage des jeunes qui osent rejeter catégoriquement les règles d’un jeu que tous savent truqué et vicieux.

Mettre fin à l’impunité

La colère gronde et le volcan risque d’éclater à tout moment. Les premiers responsables seront ceux qui détiennent les clés du pouvoir. Un pouvoir devenu trop concentré, et qui, à moyen terme, devra inévitablement faire l’objet d’un rééquilibrage au sein de la société.

L’impunité ne durera qu’un temps. Et c’est sur la tombe de cette élite aux idées périmées qui nous gouvernent – pour reprendre le titre d’un roman de Boris Vian – qu’ira demain cracher la jeunesse blessée d’aujourd’hui.

En images

 


 

11006403_10153625828396564_7345291231461867337_n


 

Guy Latulippe, ex-commandant du SPVM, qui s'exprime à propos de la jeune femme qui s'est fait tiré en plein visage hier à Québec président fondateur de l'agence d'investigation privée Enquêteur.ca https://twitter.com/guylatulippe
Guy Latulippe, ex-commandant du SPVM, qui s’exprime à propos de la jeune femme qui s’est fait tiré en plein visage à Québec. Président fondateur de l’agence d’investigation privée Enquêteur.ca https://twitter.com/guylatulippe

 

Gabriel Marcoux-Chabot, blessé au bras après avoir été attaqué par un chien.
Gabriel Marcoux-Chabot, blessé au bras après avoir été attaqué par un chien.

 

Soir du 24 mars : un jeune blessé au visage après avoir reçu des coups de bouclier.
Soir du 24 mars : un jeune blessé au visage après avoir reçu des coups de bouclier.

 

 


 

 


 


Broadcast live streaming video on Ustream

1 Comment on La violence de l’État en plein visage

  1. Souvent les policiers sont surnommés des « chiens » et bien ceci est définitivement une insulte pour les chiens. Il est bien plus rares de voir des chiens s’attaquer violemment à des innocents sans raisons que les brutes idiotes de policiers. Évidemment, il ne faut pas généraliser; il y a tout de même parmi les policiers quelques-uns qui ont su conserver un niveau d’éthique et de moral encore digne de l’être humain; j’ai personnellement connu quelques-uns parmi eux qui ne se sont pas laissés enfler la tête par leur titre, leur position et/ou leur emploi. Tout de même, n’est-il pas aberrant que de supposés agents de la paix se convertissent eux-même en animaux sauvages, en brutes sans scrupule? Comme si le fait d’être policier leur donnait le droit de brutaliser leurs semblables sans conséquences. C’est tout simplement dégueulasse et il est grand temps de prendre des moyens pour que ça change!!!

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Ne pas céder à leur intimidation | Collectif Armes à l'œil

Votre commentaire

Your email address will not be published.