Cri du coeur haïtien contre l’apartheid

C’est un véritable cri du coeur qu’ont lancé cet après-midi environ 200 personnes rassemblées devant le consulat montréalais de République Dominicaine. Durant une manifestation énergique, celles-ci se sont opposées à l’arrêt 168-13 de la Cour constitutionnelle de ce pays antillais.

L’arrêt judiciaire en question fut émis le 23 septembre 2013. Alors qu’elle était sollicitée par une jeune femme d’origine haïtienne qui contestait la perte de sa citoyenneté en République Dominicaine, la Cour a plutôt choisi de priver de la nationalité dominicaine toute personne qui descend de parents étrangers et qui est née sur ce territoire après 1929.

Sans titre

De nombreux témoignages d’appui furent prononcés au porte-voix, lequel amplifia plusieurs appels au boycott du tourisme et des produits fabriqués en République Dominicaine. Un jeune homme souligna même aux femmes de son âge que les tresses amovibles viennent souvent de ce pays et les invita à bien les choisir. Un bref cours d’histoire sur l’esclavage et Haïti fut donné au groupe par Marc-Antoine Delsoin, enseignant à l’école Simone-Desjardins et ancien journaliste. M. Delsoin déplora d’ailleurs que malgré les tensions diplomatiques entre les deux pays de l’île antillaise, le chanteur et président haïtien Michel Martelly continuait de donner des concerts dans des salles du pays voisin. Un rire trahissant un léger malaise se fit entendre dans la foule lorsqu’un orateur atteignit le point Godwin en comparant le président dominicain à Adolf Hitler, mais cela n’eut aucun impact sur l’énergie et la passion dégagée par l’ensemble des personnes présentes.

Sans titre

Sans titre

La manifestation s’est terminée sur des remerciements et une louage par un organisateur du pouvoir qu’on a au Canada de pouvoir se lever et manifester sans demander la permission lorsqu’une injustice survient. Soulignant l’importance de cette cause pour l’identité haïtienne, lui et une autre organisatrice, Jennie-Laure Sully, invitèrent les gens à continuer la lutte et à rester informés via les médias sociaux. Une faible présence policière se chargeait de bloquer le trafic automobile dans une seule direction et n’a effectué aucune intervention.

Il est à noter qu’aucune personne membre d’un des parlements ou du conseil municipal n’était présente.

Photos: Pierre-Luc Daoust

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Colère devant le conflit Haïti/République Domincaine « Blogue « Pierre-Luc Daoust, photographe
  2. République Dominicaine: à la défense des Haïtien(ne)s « Blogue « Pierre-Luc Daoust, photographe

Leave a comment

Your email address will not be published.