NPD: investiture frauduleuse dans Bourassa?
9 mars 2015

Pierre-Luc Daoust 23 Articles
Journaliste photo et plume chez 99%Média, photojournaliste chez Faits et Causes et Multijoueur, blogueur de longue date. Passionné par le droit. Une situation à dénoncer ou à présenter? Contactez-moi en toute confidentialité à l'adresse pldaoust@99media.org ou au (514) 667-8008. Clé de chiffrement GPG: 0x4D93D989
Dolmine Laguerre, candidate du Nouveau Parti Démocratique (NPD) dans Bourassa (Montréal-Nord)

Ce devait être une routinière assemblée d’investiture pour le Nouveau Parti Démocratique (NPD). Une petite salle, deux candidatures, un vote puis, espère-t-on toujours, un ralliement. Toutefois, c’était sans compter sur les intentions de Julie Demers, une résidente de Montréal-Nord qui briguait une seconde investiture en trois tentatives.

Après le discours de son adversaire Dolmine Laguerre, qui en était un de victoire plutôt que de candidature, Mme Demers a rapidement orienté son allocution vers ses doléances quant à des irrégularités dans la campagne interne du parti. Puis, allant au-delà du simple désistement que trahissait de plus en plus ses mots, la militante annonça qu’elle claquait la porte du parti afin de solliciter auprès de l’électorat un mandat à titre de candidate indépendante, une décision quelle qualifie d’une des plus difficiles de sa vie. «Les valeurs démocratiques auxquelles je crois profondément ne me permettent pas d’associer mon nom aux fraudes constatées durant la course à l’investiture», déclara-t-elle sous des applaudissements bien nourris.

Sans titre
Julie Demers

L’équipe de Julie Demers pointe du doigt le recrutement de nouveaux membres par Dolmine Laguerre, recrutement qu’elle estime avoir été effectué principalement à l’église fréquentée par la candidate nouvellement investie. «Des membres de mon équipe les appelaient pour leur souhaiter la bienvenue au parti, explique Mme Demers. Puis, au fur et à mesure, les gens disaient : « Mais c’est quoi, le NPD? », « On ne connaît pas la candidate». D’ailleurs, sur les listes, plein de gens ne sont pas venus ce soir.» «Des personnes m’ont même demandé comment fait-on pour être membre», ajoute Jacynthe Vermette, directrice de campagne pour Mme Demers. Sans avoir réussi à rejoindre tous les membres, Mme Vermette soutient avoir relevé treize de ces adhésions en apparence irrégulières. D’autres personnes, sans trop savoir ce qu’est le NPD, se rappellent avec hésitation avoir signé un formulaire dont la nature échappe à leurs souvenirs mais disent n’avoir rien déboursé, poursuit Mme Vermette, qui croit que c’est Mme Laguerre qui a payé pour elles. L’organisatrice mentionne également avoir relevé de fausses adresses ou des erreurs énormes dans l’orthographe de noms de famille. Des vérifications ont ensuite eu lieu avec le parti et des noms ont été retirés, selon Mme Demers, mais ces interventions ne sont à son avis pas suffisantes.

Mme Vermette, qui s’est faite remarquer durant l’assemblée après le résultat en exprimant ces doléances aux membres alors qu’on lui bloquait l’accès au micro, insiste toutefois sur une chose : ce n’est selon elle pas l’entourage du chef du NPD, Thomas Mulcair, qui serait responsable de ce qu’elle qualifie de politicaillerie. Elle blâme plutôt le comité national d’investitures du parti.

Dolmine Laguerre, candidate du Nouveau Parti Démocratique (NPD) dans Bourassa (Montréal-Nord)
Dolmine Laguerre

Un processus intègre, soutient le parti

«Je peux vous garantir que [les règles d’investitures] ont été respectées à la lettre», s’est empressé d’affirmer Jérémy Boulanger-Bonnelly, coprésident de la section québécoise du NPD, après avoir déclaré la victoire de Dolmine Laguerre. En entrevue avec 99%Média, M. Boulanger-Bonnelly souligne la gravité des accusations que porte le camp de Julie Demers. Il soutient que les adhésions de Bourassa sont vérifiées tant au bureau montréalais du parti qu’à celui d’Ottawa.

Il confirme du même coup avoir reçu des contestations d’adhésions par l’équipe de l’ex-néo-démocrate, sans toutefois pouvoir avancer un nombre au moment de l’entrevue. «Nous avons traité ces contestations comme on le fait avec toutes les investitures en vérifiant que les membres étaient bien inscrits, et certains membres ont été effectivement retirés des listes», affirme le coprésident, qui nie toutefois que Mme Laguerre ait payé elle-même l’adhésion de recrues. M. Boulanger-Bonnelly ajoute d’ailleurs que les scrutatrices des deux candidates étaient présentes à la table d’inscription de l’assemblée et ont toutes deux obtenu que des personnes se voient refuser le droit de vote.

Questionné sur le sujet, M. Boulanger-Bonnelly mentionne que le comité national d’investitures n’a pas le pouvoir de forcer ni de bloquer arbitrairement l’investiture d’une personne et ne peut que vérifier l’éligibilité des candidats et candidates aux différentes investitures. «On l’a répété à plusieurs reprises, le principes des investitures ouvertes est super important pour nous», insiste le néo-démocrate.

Au moment de mettre en ligne, Julie Demers était rejointe par Catherine Gauvin, qui annonçait sur Facebook, dans le groupe du NPD de Bourassa, sa démission du conseil d’administration de l’association locale du parti. Rappelons que la Loi électorale du Canada prévoit que le prochain appel aux urnes se fera à l’automne, à moins que le Premier ministre Stephen Harper n’obtienne une dissolution hâtive de la Chambre des communes par le Gouverneur général.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Le saut électoral de Catherine Fournier « Blogue « Pierre-Luc Daoust, photographe

Votre commentaire

Your email address will not be published.