Répression, miséricorde et le droit au logement
23 mai 2017

Salle de nouvelles - 99%Média 91 Articles
L'essentiel de l'actualité sélectionné par l'équipe de la rédaction.
Manifestation d’ouverture d’une occupation pour du logement social organisée par les membres du FRAPRU à Montréal. 


article en développement – mise à jour en continu


Environ 200 manifestants se sont rassemblés à la Place du Canada lundi le 22 mai afin de dénoncer le manque de logements sociaux.

La manifestation s’est déroulée de façon pacifique et sans incident.

À la fin du parcours, la marche s’est transformée en une occupation de l’ancien hôpital de la Miséricorde (Centre hospitalier de soins de longue durée Jacques-Viger), propriété du gouvernement du Québec, situé à l’angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Saint-André. Plusieurs personnes ont pénétré à l’intérieur du bâtiment.

Le bâtiment est inoccupé depuis quelques années. «Jusqu’à présent, aucun projet n’a été formulé pour lui donner une nouvelle vocation» selon la Fiducie nationale du Canada.

Sans donner un avis d’éviction, la police de Montréal a mis le bâtiment en « lockdown », malgré la présence de familles avec des enfants et des citoyens en fauteuil roulant occupant l’immeuble.

Les policiers ont ensuite établi un périmètre de sécurité autour du bâtiment et aspergé de poivre de cayenne les manifestants campeurs qui se trouvaient à l’extérieur du bâtiment.

Selon le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Raphaël Bergeron, les protestataires ont chargé les policiers près du bâtiment désaffecté. 99%Média n’a pas été témoin d’une telle «charge».

 

 

Les réactions

Le Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN) dénonce la répression policière brutale dont les militantes et militants du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ont été victimes, hier après-midi. Plusieurs personnes âgées ou handicapées participaient à cette manifestation pacifique qui s’est terminée par l’occupation de l’ancien Centre hospitalier Jacques-Viger. Sans préavis, les policiers ont aspergé les manifestants de gaz irritants après le début de l’occupation. (source)

Mardi 23 mai, prise 2

Des manifestants se sont rassemblés de nouveau le lendemain. Certains d’entre eux ont occupé le 60, Milton sur le Plateau-Mont-Royal, tandis qu’une cinquantaine était réunis en face de l’édifice en appui aux occupants. Cette annexe de l’ancien hôpital St-Margaret, inoccupée, se trouve près de la maison Notman, classée monument historique.

 

 

Mercredi 24 mai, prise 3