[mise-à-jour] Des agents du SPVM déguisés en casseurs dans la #manifencours à Montréal

Autour d’1:27;18 de la diffusion en direct sur le canal 3 de 99%Média, deux de ces personnes, que le vidéaste et des manifestants suivaient depuis un moment, arrosent les manifestants à coup de poivre de cayenne. Ils ont rapidement bénéficié d’une protection du SPVM. Le journal The Link rapporte que le SPVM a reconnu que des «officiers dressés en civil» étaient présents à la manifestation.

Ces policiers déguisés auraient fait du grabuge et, une fois démasqués, auraient menacé avec une arme de service ont rapporté certains témoins à 99%Média et au journal The Link.

Les manifestants cernent ces «casseurs» pour les neutraliser. Ces derniers se mettent à les asperger de poivre de cayenne et bénéficient de la protection des unités anti-émeutes. Revoyez la séquence :

Un second groupe, cagoulés et habillés de noir

Plusieurs témoins ont déclaré avoir vu des hommes vêtus entièrement de noir et cagoulés qui s’étaient infiltrés dans la foule. La brigade des anges les a filmés, discutant avec des officiers du SPVM. Il ne s’agit donc pas de simples «agents en civil» comme le prétend le SPVM, mais d’agent «déguisés» dans un accoutrement à la charge symbolique très forte dans l’imaginaire collectif.

[mfb_pe url= »https://www.facebook.com/125287587629743/videos/554672848024546/?hc_location=ufi » mbottom= »50″]

Une soirée de violente répression 

12357174_10207508768464997_5527384098366792373_o

Crédit photo Dylan Sch

Ces images ont été filmées après des moments mouvementés dans les rues de Montréal dans le cadre de la Grosse Câlice de Manif de Soir . Au moins une personne a été blessée et plusieurs manifestants ont été matraqués, dont un photographe de 99%Média solidement frappé à plusieurs reprises malgré sa carte de presse bien visible :

«Arrivé sur Logan, je suivais un petit groupe de manifestant. Nous étions sur le trottoir. Quelques voitures de la police nous dépassent, ils sortent des voitures avec déjà boucliers et matraques à la main. Ils avancent, se rapprochent de plus en plus de nous. Les manifestants font demi-tour. Je les suis, et prends des photos. Comme à mon habitude je décide de m’arrêter, je lève mes mains et je tiens mon appareil dans ma main droite. Visage découvert et carte d’accréditation Média-99Media, je ne crois pas représenter le moindre danger ou encore la moindre provocation. Mais mon regard rencontre celui d’un policier plus grand et plus massif que moi. Je crie « MEDIA ! », pour signaler la raison de ma présence ici. Mais rien n’y fait il me donne un premier coup de bouclier sur le torse, en rigolant. Je me retourne pour pouvoir protéger mon appareil et mon visage, je reçois environ 4 coups de matraque dans le dos. Ma respiration coupée, je continue de trottiner pour essayer de tourner au premier croisement, a quelques mètres de moi. Je suis face à trois policiers qui me bousculent contre le mur, me dit « BOUGE ». Je voudrai vraiment bouger, oui c’est vrai, mais comment voulez-vous sachant que vous avec vos boucliers sur moi ? « je prends des photos ». Ils rigolent et me poussent ( en me donnant un bon coup de matraque ) pour que je puisse partir. Je m’avance, mon adrénaline descend, les douleurs apparaissent. Environ une dizaine de manifestants me calment, me rassurent et me posent. Je regarde mon appareil, aucune cassure, je suis soulagé. »

Blessée par un policier « déguisé en black bloc»

Le témoignage de la militante Katie Nelson, qui a poursuivi la Ville et le SPVM pour «profilage politique» soulève des questions fort troublantes sur la nature du rôle du SPVM au cours de cet événement. Elle aurait été agressée par d’autres individus habillés en noir :

Je m’en vais en radiologie, j’ai peut-être une commotion. Toujours incapable de bouger mon bras. Mon genou est fucké. J’ai été attaquée par un policier déguisé en black bloc après avoir reconnu un agent que je poursuis actuellement qui portait un masque noir.
Dix minutes plus tard, les mêmes agents infiltrés ont pointé leur arme de service sur les autres. Les mêmes flics qui, un peu plus tôt, brisaient des choses et défiaient l’anti-émeute en tant qu’« anarchistes».
J’ai beaucoup de douleurs en ce moment. Il y a peut-être une fracture. Je m’inquiète à propos de ma tête en ce moment. J’ai très chaud et je suis étourdie. Les paramédics ont dit à la police à quel hôpital nous sommes, donc j’ai peur d’être arrêtée.
Merci pour le support et la solidarité.

[mfb_pe url= »https://www.facebook.com/changeisinthewind/posts/10153826566913000?pnref=story » mbottom= »50″]

L’Association des juristes progressistes réagit

Sur sa page Facebook, l’Association s’inquiète des conséquences de la présence de ces agents infiltrés.

[mfb_pe url= »https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=957994564271747&id=120609411343604&fref=nf » mbottom= »50″]

Un photographe indépendant arrêté

Un photographe indépendant, connu de 99%Média et des médias indépendants montréalais, a également été arrêté.

[mfb_pe url= »https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10203716844520528&set=a.10203716837800360.1073741862.1800367624&type=3&theater » mbottom= »50″]

Plus de détails à venir.


Sur le même sujet, ailleurs sur le web

Undercover Cops Infiltrate Night Protest

3 Comments on [mise-à-jour] Des agents du SPVM déguisés en casseurs dans la #manifencours à Montréal

  1. Comment la manifestante a-t-elle reconnu le policier s’il était masqué?

    Merci 99media pour votre travail essentiel.
    La violence policière de cette nouvelle me choque.

  2. Il ne portait peut-être pas son masque tout le temps? Je crois qu’il s’agit du « numéro trois » sur les photos qui accompagnent le texte de mlle. Nelson.

  3. Aucune preuve que les policiers ont lancés des roches. Avec le nombre de Iphones sans preuves vidéos, c’est très peu probable.

Leave a comment

Your email address will not be published.