Du burlesque, de la diversité et de l’empowerment.
25 mars 2018

Arthur Létourneau-Vachon 12 Articles
Étudiant en études littéraires. Habitant de Montréal depuis 2013. Tire ses inspirations d'Albert Camus, Jacques Rancière, Philippe Lordon et tant d'autres. Je suis Méganticois opposé à plus de destruction.

C’est alors que l’hiver se termine et que nous nous dirigeons vers l’été que se tenait le mercredi le 21 mars le spectacle Show-moi ton burlesque, au bar Le Ritz PDB de Montréal dans le but de ramasser des fonds pour l’Association de Montréal pour la Déficience Intellectuelle (AMDI).

Qui dit été dit aussi repos et camping. C’est donc pour financer un camp axé sur l’autonomisation, dans lequel les bénéficiaires des services de l’AMDI pourront profiter de l’été qui s’en vient. Pour ce faire, les organisatrices et organisateurs de l’événement ont décidé.e.s de se tourner vers une alliance entre le burlesque et la diversité.

En arrivant, le public peut participer à un encan silencieux qui ne serait pas possible sans plusieurs artistes collaborateurs, Sarah Simard et ses bijoux, des bracelets de Cabana sol, des photographies de Kamielle Dalati-Vachon ainsi que de Catherine Montmagny-Grenier et Mireille Busque qui travaillent ensemble sans oublier la contribution du Jean-Coutu de Laval et de l’entrepôt de la coiffure à Laval.

La soirée a continué avec une première partie en humour, commençant avec Angelo Shiraldi, gagnant de l’édition 2017 du concours En route vers mon premier gala suivi par nulle autre qu’Audrey-Anne Dugas. Après le premier entracte, nous avons eu droit à la performance électrisante Mathilde Richer et son numéro de danse suivie par Catherine Rainville et sa voix enivrante, ainsi qu’à ces mouvements de danse burlesque des plus maîtrisés.

Par la suite, Aryane Lapointe est venue offrir une performance hors du commun, suivie par l’incroyable duo Les Friandises qui ont failli rendre l’ensemble du public diabète tellement elles ont été excellentes. Finalement, le dernier morceau du spectacle, mais non le moindre, car j’ai cru à un moment que mes tympans ne résisteraient pas aux hurlements de la foule, a été donné par Jeff Desilet avec un incroyable numéro de drag-queen et le fabuleux duo Chrystal Queer a enflammé la salle avant de laisser sa place au DJ Gabriel Meslage pour le reste de la soirée.

Nous nous sommes entretenus avec les organisatrices de l’événement:

Bonjour, présentez-vous rapidement

«Camille Sanschagrin, étudiante de premier cycle en action culturelle à l’UQÀM. Je suis la coordonnatrice de l’équipe. C’était ma première expérience dans le domaine de l’événementiel.»

«Marika Tourigny-Robert , étudiante au baccalauréat en Action Culturelle et diplômée en Études Féministes à l’UQAM. J’occupe le poste de directrice artistique au sein de l’équipe d’organisation d’évènement d’Événement9. J’ai aussi une grande passion pour représenter la diversité dans tous ce que je fais!»

Qu’est-ce donc que l’AMDI?

«Leur mission est de favoriser l’épanouissement des personnes ayant une déficience intellectuelle, ainsi que d’assurer le maintien de leur plein potentiel personnel et social, et ce, en les accompagnant et en les soutenant.

En ce sens, il offre diverses activités de participation sociale, de développement d’habiletés, de soutien à la famille et bien d’autres.» Camille

Comment s’est déroulée la soirée, vous avez atteint vos objectifs?

«Toute l’équipe est fière de ce que nous avons réalisé! Nous nous étions fixé un objectif de 1 500$ a amasser alors nous étions agréablement surpris.e.s quand nous avons appris que nous allions remettre 2 666$ à l’AMDI.» Camille

«La soirée s’est merveilleusement bien déroulée : l’ambiance était incroyable, on a réussi à rejoindre 200 personnes. Nos artistes étaient formidables et nous ont donné tout un show.» Marika

Comment décrirais-tu l’empowerment pour une personne nouvelle avec ce concept?

«Dans le cadre de notre événement, l’empowerment représentait l’autodetermination des artistes issus de la diversité sur scène et est grandement inspiré par le célèbre slogan du mouvement de libération des femmes : «ne me libère pas, je m’en charge ! ». Ce concept apparaît principalement au sein de la pensée féministe noire pour par la suite être repris au sein de plusieurs mouvements militants . Ainsi, l’empowerment permet au groupe minoritaire de se libérer par l’entremise de ses propres moyens et c’est-ce que nous avons tenté de représenter lors de notre soirée Show-moi ton burlesque» Marika