Veillée pour la paix en Colombie: le courage des victimes à l’honneur
25 octobre 2016

Alexis Lapointe 2 Articles
Auteur et journaliste

Lampions à la main, une centaine de personnes se sont rassemblées lundi soir au pied du Mont-Royal, face au parc Jeanne-Mance, en soutien à la paix en Colombie. Initiative de la Communauté colombienne du grand Montréal (CCM), la veillée a pris la forme d’un hommage aux victimes du conflit qui déchire le pays depuis plus d’un demi-siècle. D’ailleurs, plusieurs personnes qui ont connu de près la guerre ont pris la parole au cours de la soirée.

Après le rejet au plébiscite du 2 octobre dernier des accords de paix entre le gouvernement colombien et les FARC, les négociations reprennent aujourd’hui et la rue s’anime en Colombie. « Nous vivons un moment important au cours duquel des rassemblements ont lieu partout dans le monde pour envoyer un message de solidarité à la Colombie, a dit l’un des organisateurs, Eddy Pérez. Nous devons arriver à proclamer tous ensemble une seule et même paix. »

Un Colombien montréalais agite un drapeau lors d'une vigile.
Les couleurs colombiennes furent fièrement agitées lors de la vigile. Photo: Pierre-Luc Daoust

Une minute de silence a été observée en hommage aux victimes. « Nous sommes ici avec toutes celles et tous ceux qui ont souffert du conflit, a exprimé Mona Chardad, qui représente un organisme travaillant auprès des victimes ici même à Montréal, Agape. Comme plusieurs d’entre elles le disent souvent, la paix est nécessaire à tout prix. »

Une paix qui se construit dans le cœur

Pour Mme Chardad, le travail d’Agape correspond à celui qu’exige en tout premier lieu le processus de paix en Colombie. « Depuis une dizaine d’années, nous faisons de l’accompagnement mais aussi des rencontres de réconciliation, explique-t-elle. Il s’agit de rencontres entre les victimes et les persécuteurs puisque grâce au partage des histoires de vie de chacun, la paix peut se construire dans le cœur. »

Veillée aux chandelles pour la paix en Colombie
La chaleur de la flamme a réchauffé les coeurs des participantes et participants alors que le mercure était plutôt bas. Photo: Pierre-Luc Daoust

Sandra Londoño a fait ce parcours lorsqu’elle est venue vivre à Montréal. « Quand je suis arrivée comme réfugiée, je tournais le dos à mon pays parce que la douleur était insupportable, raconte-t-elle. Au fil du travail avec l’organisme, j’ai découvert la résilience, le pardon et la capacité de réconciliation. »

Pour Mme Londoño, le vent est en train de tourner pour la Colombie. «  L’échec du plébiscite est une occasion pour la paix, affirme-t-elle. Les attitudes de tous les acteurs du conflit sont en train de se transformer et on s’aperçoit aujourd’hui que la paix est possible. »

Plus de photos:

Photos: Pierre-Luc Daoust

Vous avez apprécié cette publication ? Merci de contribuer  !

Votre contribution volontaire nous permet de vous offrir une information de qualité sans publicité et 100% indépendante. Paiement sécurisé par carte bancaire ou crédit via paypal. Aucune inscription nécessaire. Cliquez ici pour faire un don mensuel et plus de détails.

Contribuez à garder 99%Média indépendant grâce à un micro-don mensuel - transaction sécuritaire !

Be the first to comment

Votre commentaire

Your email address will not be published.